Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Diagonales de l'actu

Hidalgo veut réduire le salaires des profs et augmenter la vitesse sur autoroute. Allez, je remets tout ça à l'endroit dans mon blog qui traitera aussi de la division des élus nancéiens autour du monument des Français, la folie des zones 30, le trolley nommé délire, etc

22 Septembre 2021 , Rédigé par Philippe Rivet

Hidalgo veut réduire le salaires des profs et augmenter la vitesse sur autoroute. Allez, je remets tout ça à l'endroit dans mon blog qui traitera aussi de la division des élus nancéiens autour du monument des Français, la folie des zones 30, le trolley nommé délire, etc

Il paraît que j'avais compris à l'envers. Emporté dans le tournis des chiffres, j'avais cru qu'Anne Hidalgo voulait finalement réduire le salaire des profs, et augmenter la vitesse sur les autoroutes.  Partis comme on est parti dans cette campagne présidentielle,  plus rien ne devrait nous surprendre. Pour nous ménager, je remets donc à l'endroit les propositions de la candidate socialiste : elle veut doubler le salaire des profs en cinq ans (comment, avec quel argent, quelles conséquences, il faudrait attendre pour le savoir), et veut réduire la vitesse sur les autoroutes à 110. Je sens que l'on file tout doucement vers l'instauration de zones 30 (on roulera alors plus vite sur le périph et certaines artères nancéiennes, dont le maire est justement son coordinateur ès projet présidentiel).

Le dogme des 30 km/h.

Il s'abat sur les villes, comme la vérole sur le bas clergé breton. Ses promoteurs ne craignent pas l'excès de vitesse pour développer cette proposition, sans concertation, ou si peu, comme si cela allait être l'acte fondateur de leur mandature.  Le contre-exemple de Paris fait tache d'huile.  Il y a sans doute urgence à caresser l'électorat écolo bobo avant qu'il ne se jette dans la radicalité. Loin des préoccupations trop terre à terre sans doute des habitants des quartiers, comme à Nancy, où le stationnement anarchique encombre petites artères et trottoirs par larges. Au point que, même piétons et deux roues, peinent à circuler. Mais la proximité, c'est quand même moins glamour que des slogans qui font (peut-être) rêver ?

La limitation à 30 avec discernement peut se comprendre, localement, en expérimentant. Mais pas partout.Surtout pas en s'appuyant sur un plan de circulation hérité du précédent exécutif, et qui a contribué à plomber ce dernier, mais qui n'est semble-t-il plus remis en cause aujourd'hui par les successeurs.  On aura l'occasion d'y revenir.

Le trolley nommé délire.

50 Millions d'euros. C'est le tarif annoncé pour le prochain mode de transport vanté par l'exécutif grand-nancéien. Dix fois moins cher que le précédent projet. Un trolley qui non seulement coûtera quasiment rien ou presque, à écouter les édiles, fonctionnera mieux (ce n'est pas compliqué), offrira un confort et un cadencement  incomparables.  Soit. Mais de deux choses l'une ? Soit le précédent projet s'apparentait à une gigantesque arnaque à 500 M, soit le second qui a la cote en ce moment, relève aussi de la mystification, car il faudra qu'on m'explique comment on peut faire cent fois mieux à dix fois moins cher.  Le miracle technologique bientôt révélé ?  En même temps, on nous assure qu'il ne sera que provisoire, remplacé dans moins de dix ans par un tram.  Le miroir aux alouettes ...

La place Stan rassemble et divise.

La place Stanislas rassemble les Français qui l'ont plébiscité. Elle divise en coulisses les élus nancéiens.  Mathieu Klein, qui était dans la confidence depuis quelque temps en se gardant bien de la partager, a dégainé aussitôt la nouvelle officialisée. Normal, il est maire de la ville qui abrite la plus belle place de France, voire du monde. Que n'auraient dit ses adversaires s'il était resté de marbre. Sauf qu'il manque un supplément d'élégance qui aurait permis de citer le père de cette place telle qu'on la connaît et l'apprécie aujourd'hui, André Rossinot. Pas un mot, pas une allusion.  Et que l'on a vu en parallèle, et non en articulation concertée, monter au créneau par vidéo, le premier vice-président de la métropole, et président de l'organisme chargé de l'attractivité de l'agglo, François Werner, pour lui aussi se féliciter à juste titre de cette reconnaissance susceptible d'attirer le touriste.  Une campagne concertée n'aurait-elle pas eu plus de panache ?

Décision politique, kesaco ?

Je mijotais ce blog depuis un moment quand le déclic m'est venu en écoutant la chronique de Frédéric Worms diffusée ce mardi sur France Culture. Trois minutes consacrées à la décision politique. Qu'est-ce qu'une décision politique ? Quel rapport avec l'exercice du pouvoir ?

Et si on parlait aussi concertation, le mantra à la mode ? Il y a les croyants et les pratiquants.

 

Philippe RIVET

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article